• Fr
  • En
  • Es

Redémarrage : des protéines pour leur donner la pêche toute la saison

Table des matières

La nutrition de l’abeille est un sujet complexe, mais qui peut vous donner d’excellents résultats s’il est bien maitrisé. Le nourrissement protéiné, encore méconnu et peu pratiqué dans certains pays, peut vous permettre de donner un vrai « boost » à vos colonies afin de garantir un meilleur redémarrage, potentiellement une meilleure production de miel, un meilleur élevage de couvain mais également et surtout de palier aux carences pouvant survenir en cours de saison.

Concrètement, pourquoi une colonie a-t-elle besoin de protéines ?

Le pollen est en moyenne (tous les pollens sont différents !) composé de 18 à 30 % de protéines. Une colonie aura un besoin entre 10 et 26 kg de pollen par an (Wille et al., 1985). Cela représente un besoin par abeille de 3,4 à 4,3 mg de protéines par jour, et pour les larves de 25 à 37,5 mg (soit 125 à 187,5 mg de pollen par jour) (Hrassnigg and Crailsheim, 2005).

Un déficit de protéines chez les abeilles entraine un mauvais développement des glandes hypopharyngiennes. Ces glandes au nom un peu barbare sont à l’origine de la production de gelée royale, qui est vitale pour le développement de la colonie. Elle nourrit les larves pendant les trois premiers jours de leur vie, mais également la reine tout au long de sa vie. Ces glandes assurent donc l’activité de la reine, sa ponte, et le développement du couvain. En cas de mauvais développement de ces glandes, la mauvaise qualité de la gelée royale pourra entrainer malformations, faible poids et durée de vie réduite des abeilles.

Les protéines jouent également un rôle clé sur la production de vitello