• Fr
  • En
  • Es

Réduire l’Impact des Résidus dans la Lutte contre le Varroa

Table des matières

Les abeilles jouent un rôle crucial dans la pollinisation à l’échelle mondiale et influencent directement les rendements agricoles, assurant ainsi la sécurité alimentaire et préservant la biodiversité.1 Cependant, l’industrie apicole est confrontée à une menace majeur, l’acarien Varroa destructor. Ce parasite représente un véritable fléau pour la santé des abeilles et la survie des colonies. Il infeste les ruches et cause des dégâts importants en se nourrissant de l’hémolymphe et corps gras des abeilles, tout en leur transmettent des virus. Cette situation entraîne des pertes considérables de colonies, mettant en péril l’apiculture durable.2

 

Pour combattre le Varroa, les apiculteurs recourent fréquemment à des substances telles que l’Amitraz (une formamidine), le Coumaphos (un organophosphoré interdit en France) et le Tau-fluvalinate (un pyréthrinoïde).3 Des différences notables ont été observées en termes de résidus dans les ruches suite à l’usage de ces composés sous diverses formulations pour contrôler la varroose.4-5

 

Il est essentiel de comparer les résidus de coumaphos, d’amitraz et de pyréthrinoïdes dans le miel et la cire, en considérant leur persistance, leur accumulation potentielle et leurs impacts dans les ruches après traitement. Généralement, l’amitraz se distingue par une demi-vie plus courte que certains pyréthroïdes, avec des résidus moindres dans le miel et la cire, grâce à sa dégradation et son élimination rapides dans l’environnement de la ruche.

Bien que l’amitraz puisse avoir un effet néfaste sur les abeilles en cas d’utilisation inappropriée ou d’exposition élevée, sa décomposition rapide peut limiter les risques d’effets à long terme. En revanche, certains pyréthrinoïdes, en raison de leur toxicité aiguë, peuvent présenter un danger pour la santé des abeilles, surtout si leurs résidus s’accumulent dans le miel et la cire au fil du temps.6

 

Outre les préoccupations liées à la sécurité des consommateurs et aux effets toxiques potentiels sur les abeilles, l’accumulation de résidus joue un rôle clé dans le développement de la résistance des acariens aux différents agents actifs.7-8 La résistance aux pyréthrinoïdes, en particulier, peut se développer rapidement, souvent quelques années seulement après leur introduction dans une région. Cela a été observé chez Varroa destructor9 ainsi que chez d’autres parasites traités avec des pyréthrinoïdes en agriculture.10-11

 

En revanche, la résistance à l’amitraz se développe beaucoup plus lentement chez le Varroa et les insectes exposés aux médicaments vétérinaires ou aux pesticides contenant de l’amitraz, en comparaison avec la résistance aux pyréthroïdes. À ce jour, la propagation de la résistance à l’amitraz a été plutôt sporadique et localisée, contrairement à celle d’autres substances actives, qui s’est avérée plus généralisée géographiquement.La diminution de la sensibilité des populations de Varroa à l’amitraz dans des conditions réelles est moins fréquente12, et une baisse d’efficacité du traitement n’implique pas nécessairement le développement d’une résistance sur le terrain.13 En Espagne, l’utilisation de l’Amitraz comme traitement contre la varroose est autorisée depuis 1999. Des études récentes menées dans ce pays montrent que la sensibilité des acariens à l’amitraz reste à 100%.14 Ceci pourrait être lié à l’instabilité et à la dégradation rapide des résidus d’amitraz dans les produits de la ruche. Cette caractéristique pourrait contribuer à prévenir l’émergence de résistances, contrairement à ce qui est observé avec d’autres produits.4, 15

Impact des résidus de traitement

Les résidus des pesticides utilisés en agriculture, ainsi que ceux issus des traitements contre le Varroa, peuvent affecter le comportement des abeilles, diminuer l’efficacité de leur butinage et nuire à la productivité des colonies. L’exposition à des doses sublétales de ces résidus, particulièrement critique durant les étapes de développement des larves, peut provoquer des anomalies de développement, affaiblir le système immunitaire et réduire la longévité des abeilles adultes.16-17 La présence de ces résidus dans l’environnement de la ruche constitue un risque non seulement pour les abeilles individuellement, mais également pour l’ensemble de la colonie, pouvant affecter le développement du couvain, la fertilité de la reine et la productivité globale.18 De plus, ces résidus présents dans les produits de la ruche peuvent  contaminer le pollen et le nectar, posant ainsi des risques pour les organismes non ciblés et perturbant l’équilibre des écosystèmes.


L’exposition à des doses sublétales de Tau-fluvalinate et de Coumaphos via la cire peut engendrer des problèmes de reproduction, comme une diminution de la ponte, une supersédure précoce, un rejet accru des cellules royales et une réduction du poids ovarien chez les reines.19-20 L’utilisation de coumaphos dans les colonies peut impacter le développement et la santé de la reine27, et la présence de résidus dans la cire des cellules royales peut réduire la survie et le poids corporel des abeilles durant leur développement.


La présence de Coumaphos et de Tau-fluvalinate dans la cire d’abeille peut également diminuer la survie du couvain21, et l’usage simultané de ces substances peut augmenter la mortalité des abeilles22-23 et réduire la survie du couvain de trois jours.24

 

Les mâles exposés à ces produits présentent une diminution de la viabilité du sperme.25 L’exposition à ces substances durant les stades précoces de développement augmente leur mortalité, réduit leur poids corporel et entraine une diminution du nombre de spermatozoïdes.26

 

En conclusion, l’utilisation de ces acaricides peut altérer les fonctions physiologiques, les réponses immunitaires et les mécanismes de détoxification chez les abeilles exposées, les rendant ainsi plus vulnérables aux pathogènes et aux autres pesticides.28


La majorité des recherches sur l’impact des pesticides sur les abeilles se concentre sur les adultes, bien que le couvain (œufs, larves, pupes) soit essentiel pour la santé de la colonie. Pour évaluer de manière exhaustive les risques liés à tout pesticide, il est crucial d’inclure une analyse des effets sublétaux possibles sur le couvain29, y compris pour les composés considérés comme ‘naturels’, tels que le thymol, l’acide formique et l’acide oxalique. En général, une exposition sublétale à ces acaricides ‘naturels’ peut provoquer du stress et la mortalité chez la reine, et affecter la santé, la mémoire, le comportement, ainsi que la longévité des abeilles (tant les adultes que la reine).30-31-32

 

Plusieurs études ont porté sur l’impact des résidus de traitements contre le Varroa sur la santé des abeilles et la biodiversité environnante, soulignant l’importance d’utiliser des médicaments vétérinaires autorisés au lieu de traitements illégaux ou non approuvés. Les recherches montrent que l’exposition à des doses sublétales de produits non réglementés ou illégaux peut avoir des conséquences néfastes supplémentaires sur les colonies, comme une susceptibilité accrue aux maladies, un affaiblissement de la reine et des taux de mortalité élevés chez les ouvrières.33 De plus, les traitements illégaux, sans autorisation adéquate, peuvent présenter une persistance et une toxicité plus élevées, engendrant des impacts plus graves sur la santé des abeilles et la biodiversité, comparativement aux traitements légalement approuvés.34 Il est également important que les résidus de traitement présents dans les produits de la ruche (miel, cire, propolis, gelée royale, pollen) respectent les limites maximales tolérées établies par la réglementation européenne.


Les traitements vétérinaires approuvés, lorsqu’utilisés conformément aux directives prescrites et aux normes réglementaires, sont soumis à des tests rigoureux pour évaluer leur sécurité pour les abeilles et pour l’environnement. Ceci contribue à minimiser les effets indésirables potentiels.

 

Réglementations et meilleures pratiques

Les réglementations actuelles régissant l’utilisation des traitements contre la varroose et les limites maximales de résidus (LMR) autorisées dans les produits de la ruche varient d’une région à l’autre et selon les composés.

Par exemple, l’amitraz, couramment utilisé sous forme de bandelettes ou de solutions liquides [note des auteurs : toutes ces présentations peuvent ne pas être autorisées dans votre pays], est autorisée à des fins vétérinaires et montre un niveau élevé de dégradation dans la ruche, donc une moindre accumulation. Les limites de résidus autorisées pour l’amitraz dans le miel se situent entre 0,02 à 0,03 mg/kg, soulignant sa dégradation rapide et donc sa faible persistance dans les produits de la ruche.35 La fluméthrine et la tau-fluvalinate, des traitements à base de pyréthrinoïdes appliqués sous forme de bandelettes, présentent également des taux de dégradation relativement élevés dans les produits de la ruche, avec des limites de résidus allant de 0,01 à 0,02 mg/kg dans le miel.36 Les acides organiques tels que l’acide oxalique et l’acide formique, souvent utilisés pour leurs origines naturelles, n’ont pas de limites de résidus spécifiques, soulignant leurs avantages en termes de dégradation et de faible persistance dans les produits de la ruche.37 Le thymol, dérivé de sources végétales, ne présente également pas de limites de résidus spécifiques en raison de sa dégradation relativement rapide dans l’environnement de la ruche.38 Selon la Commission européenne, il n’existe pas de LMR (Limites Maximales de Résidus) spécifique pour l’acide oxalique dans le miel, mais cela n’altère en rien les directives de son utilisation, notamment lorsqu’il est appliqué pour garantir un effet optimal contre le Varroa et limiter les dommages sur les abeilles. (Commission européenne, 2020)39

Conclusion

Pour conclure, dans le cadre de l’apiculture conventionnelle, l’Amitraz se présente comme une alternative préférable aux pyréthrinoïdes et aux organophosphorés, en raison de son profil moins problématique en termes de résidus. Le faible niveau de résidus d’amitraz dans la ruche contribue significativement à limiter le développement de résistance du Varroa à cet agent actif et à réduire son impact sur les abeilles.


Le renouvellement régulier des cires est une pratique incontournable et prioritaire pour limiter l’accumulation de résidus et prévenir l’émergence de résistances.


Par ailleurs, il est crucial d’utiliser exclusivement des traitements testés et autorisés pour l’usage en ruche (médicaments vétérinaires pour l’abeille), afin d’éviter les risques associés aux résidus non contrôlés des traitements illégaux.


L’adoption de stratégies optimales de contrôle de la varroose, qui minimisent les résidus, est essentielle pour une apiculture durable. 40 Cela implique la rotation et la diversification des acaricides pour diminuer les résidus et empêcher l’apparition de souches résistantes de Varroa, ainsi que l’intégration de stratégies de gestion intégrée, mêlant interventions mécaniques (retrait de couvain par exemple) et utilisation judicieuse de solutions médicamenteuses.

THV2022_VETOPHARMA-Chaillac-66994-3-770x540
Bayvarol est un traitement de rotation contre Varroa destructor enregistré en France depuis 2017, pourtant peu utilisé jusqu’à présent. Il représente pourtant un bon outil à intégrer à sa stratégie
miticide_resistance_tinified-1-770x540
Nous faisons le point dans cet article sur le développement de la résistance aux acaricides dans les traitements contre Varroa, sur les défis liés au changement climatique et au manque
Guide de lutte intégrée contre varroa au fil des saisons
Nouveau guide de 20 pages sur « La lutte intégrée contre varroa au fil des saisons », co-écrit avec le Dr Gérald Therville, vétérinaire titulaire d’un DIE en apiculture.

Références :

  1. Klein A.M., Vaissière B.E., Cane J.H., et al. (2007). Importance des pollinisateurs dans l’évolution des paysages pour les cultures mondiales. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 274(1608) : 303-313.

  2. Rosenkranz P., Aumeier P., Ziegelmann B. (2010). Biologie et contrôle de Varroa destructor. Journal of Invertebrate Pathology, 103(Suppl 1) : S96-S119.

  3. Johnson RM, Ellis MD, Mullin CA et Frazier M, Pesticides and honey bee toxicity – USA. Apidologie 41:312–331 (2010).

  4. Wallner, Klaus. « Varroacides and their residues in bee products. » Apidologie 30.2-3 (1999) : 235-248.

  5. Bonzini, Sara, et al. « Prédire le destin des pesticides dans la ruche (partie 1) : résidus expérimentalement déterminés de τ-fluvalinate dans les abeilles, le miel et la cire. » Apidologie 42.3 (2011) : 378-390.

  6. Pingli Dai, Cameron J Jack, Ashley N Mortensen, James D Ellis. Toxicité aiguë de cinq pesticides sur les larves d’Apis mellifera élevées in vitro. Pest Manag Sci. 2017 Nov;73(11):2282-2286.

  7. Medici, Sandra K., et al. « La présence d’acaricides synthétiques dans la cire d’abeille et son influence sur le développement de la résistance chez Varroa destructor. » Journal of Apicultural Research 54.3 (2015) : 267-274.

  8. Benito-Murcia, María, et al. « Le résidu de tau-fluvalinate dans les colonies d’abeilles est associé à des preuves de sélection pour la résistance de Varroa destructor aux pyréthrinoïdes. » Insects 12.8 (2021) : 731.

  9. Lodesani, M., M. Colombo et M. Spreafico. « Inefficacité du traitement Apistan® contre l’acarien Varroa jacobsoni Oud dans plusieurs districts de Lombardie (Italie). » Apidologie 26.1 (1995) : 67-72.

  10. Fjørtoft, Helene Børretzen, et al. « Évolution induite par l’aquaculture : distribution de la résistance aux pyréthroïdes chez le pou du saumon dans tout l’Atlantique Nord de 2000 à 2017. » ICES Journal of Marine Science 77.5 (2020) : 1806-1815.

  11. Rodriguez-Vivas, R. I., et al. « Évolution de la résistance aux acaricides : changements phénotypiques et génotypiques dans les populations de Rhipicephalus (Boophilus) microplus en réponse à la pression de sélection des pyréthroïdes. » International Journal for Parasitology 41.8 (2011) : 895-903.

  12. Rodríguez-Dehaibes, Sóstenes R., et al. « Résistance à l’amitraz et au flumethrin dans les populations de Varroa destructor de Veracruz, au Mexique. » Journal of apicultural research 44.3 (2005) : 124-125.

  13. Elzen, Patti J., et al. « Contrôle de Varroa jacobsoni Oud. résistant à la fluvalinate et à l’amitraz en utilisant du coumaphos. » Apidologie 31.3 (2000) : 437-441.

  14. Higes, Mariano, et al. « Évaluation de la résistance aux acaricides chez Varroa destructor dans plusieurs endroits en Espagne. » Parasitology Research 119.11 (2020) : 3595-3601.

  15. Korta, E., et al. « Étude de la stabilité des acaricides dans le miel. Caractérisation des produits de dégradation de l’amitraz dans le miel et la cire d’abeille. » Journal of Agricultural and Food Chemistry 49.12 (2001) : 5835-5842.

  16. Blacquière T., Smagghe G., van Gestel C.A., et al. (2012). Néonicotinoïdes chez les abeilles : revue des concentrations, des effets secondaires et de l’évaluation des risques. Ecotoxicology, 21(4) : 973-992.

  17. Thompson H.M., Brown M.A., Ball R.F., et al. (2014). Enquête sur la détection des résidus de pesticides dans des échantillons de cire d’abeille provenant de colonies d’abeilles (Apis mellifera) en Angleterre. Pest Management Science, 70(8) : 1255-1262.

  18. Sánchez-Bayo F., Goulson D., Pennacchio F., et al. (2016). Les maladies des abeilles sont-elles liées aux pesticides ? – Une brève revue. Environment International, 89-90 : 7-11.

  19. Haarmann T, Spivak M, Weaver D, Weaver B, Glenn T (2002) Effets du fluvalinate et du coumaphos sur les reines d’abeilles (Hymenoptera : Apidae) dans deux opérations commerciales de reproduction de reines. J Econ Entomol 95 : 28–35.

  20. Pettis JS, Collins AM, Wilbanks R, Feldlaufer MF (2004) Effets du coumaphos sur l’élevage des reines chez l’abeille domestique, Apis mellifera. Apidologie 35 : 605–610.

  21. Medici, S. K., Castro, A., Sarlo, E. G., Marioli, J. M. & Eguaras, M. J. L’effet de concentration de certains acaricides présents dans la fondation de cire d’abeille sur la survie des colonies d’Apis mellifera. J. Apic. Res. 51, 164–168 (2012).

  22. Johnson, R. M., Pollock, H. S. & Berenbaum, M. R. Interactions synergiques entre les acaricides utilisés dans la ruche chez Apis mellifera. J. Econ. Entomol. 102, 474–479 (2009).

  23. Johnson, R. M., Dahlgren, L., Siegfried, B. D. & Ellis, M. D. Interactions acaricides, fongicides et médicamenteuses chez les abeilles domestiques (Apis mellifera). PloS One 8, e54092 (2013).

  24. Berry, J. A., Hood, W. M., Pietravalle, S. & Delaplane, K. S. Effets sublétaux à l’échelle du champ des produits chimiques approuvés pour les ruches sur les abeilles domestiques (Apis mellifera L). PLoS One 8, e76536 (2013).

  25. Burley, L. M., Fell, R. D. & Saacke, R. G. Survie des spermatozoïdes des abeilles domestiques (Hymenoptera : Apidae) incubés à température ambiante à partir de mâles exposés à des acaricides. J. Econ. Entomol. 101, 1081–1087 (2008).

  26. Rinderer, T. E., DeGuzman, L., Lancaster, V., Delatte, G. & Stelzer, J. A. Varroa dans la cour de fécondation : Les effets de Varroa jacobsoni et d’Apistan sur les abeilles mâles. Am. Bee J. 139, 134–139 (1999).

  27. Haarmann, T., Spivak, M., Weaver, D., Weaver, B. & Glenn, T. Effets du fluvalinate et du coumaphos sur les reines d’abeilles (Hymenoptera : Apidae) dans deux opérations commerciales de reproduction de reines. J. Econ. Entomol. 95, 28–35 (2002).

  28. Locke, B., Forsgren, E., Fries, I. & de Miranda, J. Le traitement acaricide affecte la dynamique virale dans les colonies d’abeilles infestées par Varroa destructor via la physiologie de l’hôte et le contrôle des acariens. Appl. Environ. Microbiol. 78, 227–235 (2012).

  29. Medrzycki, P. et al. Méthodes standard pour la recherche toxicologique chez Apis mellifera. J. Apic. Res. 52, 1–60 (2013).

  30. Charpentier, G., Vidau, C., Ferdy, J. B., Tabart, J. & Vetillard, A. Effets létaux et sublétaux du thymol sur les larves d’abeilles domestiques (Apis mellifera) élevées in vitro. Pest Manag. Sci. 70, 140–147 (2014).

  31. Saskia Schneider, Dorothea Eisenhardt, Eva Rademacher. Effets sublétaux de l’acide oxalique sur Apis mellifera (Hymenoptera : Apidae) : changements de comportement et longévité. Apidologie, 2012, 43 (2), pp.218-225. 10.1007/s13592-011-0102-0. hal-01003525

  32. Hanan A. Gashout, Ernesto Guzman-Novoa, Paul H. Goodwin, Adriana Correa-Benítez, Impact de l’exposition sublétale aux acaricides synthétiques et naturels sur la mémoire des abeilles domestiques (Apis mellifera) et l’expression de gènes liés à la mémoire, Journal of Insect Physiology, Volume 121, 2020, 104014, ISSN 0022-1910, https://doi.org/10.1016/j.jinsphys.2020.104014.

  33. Boncristiani H.F., Underwood R.M., Schwarz R.S., et al. (2012). Effet direct des acaricides sur les charges pathogènes et les niveaux d’expression génique chez les abeilles domestiques Apis mellifera. Journal of Insect Physiology, 58(5) : 613-620.

  34. Gajger I.T., Sakač M., Gregorc A. (2017). Résidus de pesticides chez les abeilles, le pollen et la cire d’abeille : évaluation de l’exposition des ruches. Environmental Pollution, 242(Pt B) : 855-864.

  35. Calatayud-Vernich P., Calatayud F., Simó E., et al. (2018). Résidus de pesticides chez les abeilles, le pollen et la cire d’abeille : Évaluation de l’exposition des ruches. Pollution environnementale, 242(Pt B) : 855-864.

  36. Krupke C.H., Hunt G.J., Eitzer B.D., et al. (2012). Multiples voies d’exposition aux pesticides pour les abeilles vivant près des champs agricoles. PLoS ONE, 7(1) : e29268.

  37. Bogdanov S., Kilchenmann V., Imdorf A. (2002). Toxicité orale aiguë de l’acide oxalique et de l’acide formique chez Apis mellifera (Hymenoptera: Apidae). Apidologie, 33(5) : 447-452.

  38. Nanetti A., Rodriguez-Morales A.M., Baruzzi C. (2003). Évaluation du traitement au thymol dans le contrôle de Varroa destructor (Acari: Varroidae) chez Apis mellifera (Hymenoptera: Apidae) en Argentine. Acarologie expérimentale et appliquée, 31(1-2) : 157-162.

  39. Commission européenne. (2020). Règlement (UE) 2020/749 de la Commission du 5 juin 2020 modifiant les annexes II et III du règlement (CE) n° 396/2005 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les taux maximaux de résidus pour l’acequinocyl, l’ametoctradin, le cyazofamid, le cyprodinil, le fenazaquin, le fenpicoxamid, le fluopyram, le fluxapyroxad, le mepiquat, le pendiméthaline, le picolinafen, le propaquizafop, le pyriofenone, le thifensulfuron-méthyl et le trifloxystrobine dans ou sur certains produits. Journal officiel de l’Union européenne, L 176/17 : 7-80.

  40. Calderone N.W. (2012). Cultures pollinisées par les insectes, pollinisateurs et agriculture aux États-Unis : Analyse des tendances des données agrégées pour la période 1992-2009. PLoS ONE, 7(5) : e37235.