• Fr
  • En
  • Es

Le replay du webinar « Varroa 2.0 » sur la recherche de nouvelles molécules est disponible !

Le 13 juin, nous avons eu le plaisir d’organiser un webinar passionnant avec Rémi Padé, intitulé “Projet Varroa 2.0 : Screening de nouvelles molécules contre Varroa destructor. Vous avez été très nombreux à vous inscrire, et nous vous remercions encore pour votre confiance et participation !

Le 13 juin, nous avons eu le plaisir d’organiser un webinar passionnant avec Rémi Padé, intitulé “Projet Varroa 2.0 : Screening de nouvelles molécules contre Varroa destructor. Vous avez été très nombreux à vous inscrire, et nous vous remercions encore pour votre confiance et participation !

Le Projet Varroa 2.0, qui anime l’équipe Innovation au quotidien, est un projet phare de Véto-pharma. Il se présente sous deux axes principaux :

  • Identifier de nouvelles molécules contre Varroa, afin de 1) Cibler les varroas de manière différente et pouvoir effectuer plus de rotations d’actifs, 2) Identifier de nouvelles formes d’application liées à ces molécules. Ce processus est plus long, puisqu’il faut prouver l’efficacité et l’innocuité (= fait de ne pas nuire) de la nouvelle molécule pour l’utilisation en ruche, et donc déposer un dossier complet préalable auprès des instances réglementaires.
  • Reformuler des actifs déjà existants et déjà enregistrés pour l’abeille, afin de proposer des améliorations de traitement plus rapidement aux apiculteurs (par exemple : application plus simple, cinétique plus rapide, amélioration de l’efficacité, minimiser l’impact des températures,…)

Ces deux approches sont essentielles pour vous proposer de nouveaux outils, afin que vous ayez suffisamment d’instruments en fonction de la saison, des températures et de l’infestation de vos ruches.

Rémi a ainsi présenté le protocole développé par notre service Innovation pour l’étude de ces nouvelles molécules, avec nos laboratoires internes et notre rucher d’essai de 300 colonies. Ce sont plus de 40 molécules qui ont été évaluées à ce jour, en testant l’efficacité contre varroa et l’innocuité pour l’abeille.

Il a également présenté les différentes étapes nécessaires à l’enregistrement d’un médicament vétérinaire. C’est un processus long, puisqu’il vise à prouver :

  • Le bon fonctionnement du traitement (95% d’efficacité pour un médicament en apiculture conventionnelle, 90% d’efficacité pour un médicament en apiculture biologique)
  • L’innocuité pour l’abeille, le couvain, les reines,
  • L’absence de résidus dans le miel et les cires au déjà des LMR (Limites Maximales de Résidus) fixées par les instances européennes et nationales – À noter que pour les nouvelles molécules, ces LMR n’existent pas encore, et qu’il faudra apporter les données nécessaires via de nouvelles études.

Rémi a ensuite présenté :

  • Des résultats décevants : principalement des huiles essentielles. Ce point