Communiqués de presseNutritionRessources sur la nutrition

Dossier nourrissement (1ère partie) – La consommation de miel

Vos connaissances techniques

Consommation de miel

Le nectar des plantes et dans une moindre mesure le miellat lié à l’exsudation d’insectes, sont les principales sources de glucides pour l’abeille. Le nectar apporte également de l’eau, des minéraux et quelques autres substances biologiques. La concentration en sucres du nectar peut varier de 4 à 60 % selon les cas. Les abeilles vont privilégier les sources de nectar avec une concentration entre 30 et 50 % et délaisseront les nectars en dessous de 15 % de sucres.

Les abeilles ont la capacité de transformer le nectar en le séchant partiellement et en modifiant sa composition avec l’incorporation d’enzymes digestives de leur salive. Quand le produit de la transformation est stable, les abeilles le stockent dans des cellules qu’elles operculent. Le miel ainsi produit constitue la réserve collective de la colonie, et fournit l’essentiel des glucides et une partie des minéraux (sa composition moyenne est donnée dans le tableau 1).

Le miel possède plusieurs particularités intéressantes pour la colonie d’abeilles. En effet, sa faible teneur en eau et sa forte concentration en sucre permettent :

Une conservation longue, entre autres par un risque limité de fermentation,
Une haute valeur nutritive pour l’abeille,
Une digestibilité plus forte du miel par rapport au nectar. Les substances très diluées comme le nectar nécessitent une concentration importante d’enzymes lors de la digestion dans l’intestin des abeilles, avec un coût énergétique de digestion plus important. De ce fait, les abeilles consomment en général relativement peu de nectar directement.

Une colonie d’abeilles est un “super-organisme” formé d’environ 4 kg d’abeilles, de cadres de couvain et de réserves de pollen et de miel. Cet ensemble possède un « microclimat » interne : température, humidité relative, ventilation…

Selon différents auteurs (Rosov, 1944, Pouvreau, 1981 entre autres), une colonie va consommer entre 50 et 120 kg de miel par an, dont 10 à 30 kg pendant l’hiver (en fonction du climat et de la météorologie, de la taille de la colonie, de sa capacité de thermorégulation…, d’après Farrar, 1952, Dyce and Morse, 1960, et mon expérience).


© Tomasz Zajda – Fotolia

Les glucides représentent une part importante de l’alimentation des abeilles et sont principalement utilisés pour leurs dépenses énergétiques. Nous pouvons évoquer les principales ci-dessous (par ordre décroissant de coût énergétique) :

La thermorégulation (ventilation, production de chaleur). Cette activité dépend de la température extérieure : Le couvain doit être maintenu à une température de 35 +/- 2 °C en saison. Lorsque la température extérieure est basse, les abeilles produisent de la chaleur (cf. notre synthèse Parole d’apiculteur, « Comment vos abeilles passent-elles l’hiver ? » de janvier 2015). La thermogenèse (production de chaleur) est l’activité la plus coûteuse en énergie pour l’abeille. Lorsque la température est élevée, les abeilles introduisent des gouttes d’eau dans la zone de couvain, qui, en s’évaporant, abaissent la température.
Les fonctions motrices (en particulier le butinage, l’emmagasinage du pollen et du nectar, le nettoyage des cellules, la marche), occasionnent une grande consommation d’énergie.
Les activités de construction (production de cire).
L’alimentation du couvain (production de gelée royale).

Les glucides peuvent également être transformés et stockés dans les corps gras des abeilles : les excédents de sucres assimilés sont digérés et les fragments qui en résultent se ré-assemblent pour former des lipides. Ces lipides sont destinés au stockage dans les réserves corporelles de l’abeille (voir page 9 – Réserves individuelles et collectives).

Le rôle plastique des glucides mérite également d’être mentionné : par exemple, les principaux constituants de la chitine (cuticule de l’abeille) sont des dérivés du glucose.

Les sucres habituellement présents dans les miels sont assimilés par les abeilles. Les plus communs sont les plus digestes (glucose, fructose, saccharose, maltose). Il n’y a pas de certitude absolue dans la bibliographie, mais il est clair que les abeilles sont incapables de digérer certains disaccharides (composée de 2 sucres, comme par exemple le lactose), certains tri-saccharides, et la totalité des polysaccharides. Elle est donc capable de digérer certains types de disaccharides et tri-saccharides, c’est pourquoi la bonne réponse était «Faux».
Somerville (2005), indique en effet que les sucres les plus complexes n’ont aucune valeur énergétique pour l’abeille. Certains sont des poisons à faible concentration (galactose, arabinose, xylose, mélibiose, mannose, raffinose, stachyose et lactose). La pectine et de nombreuses gommes sont également toxiques pour l’abeille. Ainsi, certains miellats (contenant entre autres du raffinose et des gommes) posent problème.

L’abeille doit hydrolyser le saccharose en glucose et fructose, puis ensuite le glucose en fructose, pour pouvoir le fragmenter et l’utiliser (pour la production d’énergie ou la synthèse de molécules). Pour se faire, elle utilise des enzymes présentes dans sa salive. Quels que soient les sucres ingérés, les enzymes seront toujours présentes dans la salive de l’abeille et l’organisme des abeilles ne va pas arrêter de les synthétiser. De plus, ces enzymes ne se « perdent pas » après utilisation : elles présentent chacune un site d’action qui, en présence des sucres, réalisera leur hydrolyse et qui redeviendra disponible après la réaction. Même si, bien évidemment, il y a des pertes d’enzymes avec le temps.


© Vladi_Mir – Fotolia

Ressources à télécharger